Surmonter sa peur des examens

Publié le 17 septembre 2021

Avez-vous déjà eu peur d’être évalué ? Avez-vous déjà ressenti une boule au ventre, la gorge nouée, les jambes coupées ou les mains moites ? Cela vous est-il arrivé de rester sans voix devant un professeur à l’air un peu sévère ou de vous être senti oppressé ? Avez-vous déjà perdu vos moyens devant une question, vous sentant alors bloqué, voire incapable ? Avez-vous parfois craint de vous trouver en difficulté, de ne pas être à la hauteur ou d’échouer ?

La peur est universelle. C’est l’émotion qui nous avertit d’un danger et nous protège. Mais si on lui laisse trop de place, cette protection se transforme en frein, en blocage et devient étouffante. Elle peut alors nous pousser jusque dans un état de paralysie mentale, de black-out, et nous faire échouer à un examen malgré une préparation consciencieuse.

Lorsque nous sommes sous l’emprise de la peur, nous ne pouvons plus agir, nous sommes en mode réaction, en mode survie : notre amygdale, cette glande située dans notre cerveau limbique, court-circuite notre cortex (la partie du cerveau qui nous permet de réfléchir, d’analyser, etc…) et lance l’alerte ! C’est notre système nerveux sympathique qui prend alors le relais en mettant notamment la digestion en suspens, accélérant notre respiration pour un apport accru en oxygène et ainsi augmenter notre tonus musculaire. Et, comme un animal traqué, nous n’avons d’autre possibilité que la fuite, l’attaque ou, en tout dernier recours, faire le mort.

Redonner à la peur sa juste place, celle d’indicateur de danger, nous permet de retrouver notre liberté – liberté d’action, liberté de penser, liberté d’être. De même qu’un conducteur ne s’arrête pas lorsqu’il voit un panneau annonçant un danger (travaux ou chutes de pierres, par exemple), il est possible de rester serein lorsque le moment de l’épreuve approche.

La pratique de la sophrologie facilite la régulation des peurs. Elle ne garantit pas la réussite d’une épreuve, mais elle permet de renouer avec la confiance en ses capacités et d’être dans les meilleures dispositions possibles le moment venu. Ainsi, nous sommes en mesure de mettre toutes les chances de notre côté pour que la réussite soit au rendez-vous.

Voici un petit exercice qui, pratiqué régulièrement, permet de retrouver rapidement un état serein : la respiration diaphragmatique pausée.

« Asseyez-vous confortablement et fermez vos yeux… Sentez les points de contact que votre corps a avec la chaise, avec le sol… Puis faites 3 profonds soupirs et, chaque fois que vous expirez, laissez votre corps se déposer un peu plus sur son support. Si l’envie de bâiller vous prend, savourez pleinement ces grands bâillements… Puis, tournez votre attention sur votre respiration, sans chercher à la modifier… Observez l’air qui entre, et l’air qui sort… Observez les parties de votre corps qui bougent à l’inspiration, puis à l’expiration… Et posez votre attention sur la fin de chaque expiration… Découvrez la petite pause respiratoire qui se trouve naturellement à la fin de chaque expiration, juste avant l’inspiration suivante… Concentrez-vous sur cette pause respiratoire quelques instants, sans rien forcer…… Puis, revenez à la conscience de tout votre corps. Demandez-vous « Comment est-ce que je me sens maintenant ? » … Et, tout en prenant le temps nécessaire, ramenez du tonus dans vos pieds, la moitié inférieure de votre corps, votre buste, vos bras. Vous pouvez vous étirer, bâiller et, quand vous vous sentez prêt, ouvrez vos yeux tout doucement ».

Cet article vous a plu alors… partagez-le ! Vous souhaitez faire un commentaire, poser une question ? Je me ferai un plaisir de vous répondre. Interrogeons-nous et échangeons pour grandir et évoluer ensemble !

 

LA SOPHRO, À QUOI ÇA SERT?

Souvent occupés à ressasser le passé, la plupart du temps en train d’anticiper l’avenir, tout en remplissant (ou en essayant de remplir!) plusieurs tâches que le quotidien exige de nous… Cela vous dit quelque chose?

Stress des examens: comment le fait de bouger les épaules m’a aidé à passer mon bac?

Adolescente, j’étais une élève retenue, un brin timide, et, surtout, je manquais de confiance en moi. Cela se traduisait par la fameuse angoisse de la page blanche. J’avais beau passer des heures à travailler, connaître les différentes matières enseignées et être,...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mes derniers articles

LA SOPHRO, À QUOI ÇA SERT?

LA SOPHRO, À QUOI ÇA SERT?

Souvent occupés à ressasser le passé, la plupart du temps en train d'anticiper l'avenir, tout en remplissant plusieurs tâches que le quotidien exige de nous...  Cela vous dit quelque chose?L'être humain d'aujourd'hui est souvent comme un petit bateau balloté par les...

Share This